Les anniversaires…

 

jq23aa84Cette image est une dose d’ironie
 

On n’y échappe pas chaque année et ça me cause bien des problèmes car je me fais balader deux week-ends dans la famille pour célébrer cet événement qui n’a rien de réjouissant, je parle évidemment des anniversaires.

Pour un NT, les anniversaires riment avec joie, partage, cadeaux, festivités et amusements. Pour un aspie, ça ressemble plus à stress, angoisse, cadeaux, prendre sur soi et chants atroces.

Mais avant, un petit résumé des mes antécédents car je suis, comme j’aime à le dire, « une maudite » des anniversaires.

Quand j’étais au lycée, mes amis m’offraient que des merdes alors que les autres avaient droit à des trucs pas trop mal. Je recevais les bouquins en promo, peluches débiles, et j’en passe parce que ça fait pitié. Une chance, la famille se rattrapait mais ça me vexait au plus haut point que mes amis puissent m’offrir ça, je le prenais comme du mépris envers ma personne. Comment était-ce possible qu’ils me connaissent aussi mal ? ou alors c’était juste pour respecter le code social du cadeau.

Quand mes 20 ans ont sonné, j’ai été obligé de fêter mon anniversaire avec des personnes que mes parents m’avaient imposées et dont je n’avais rien à faire. J’ai fini par m’en aller en plein dîner avec mon ami d’enfance que j’avais par contre invité (le seul).

Une fois passé vingt ans, j’avais compris qu’il n’y aurait plus rien de joyeux à franchir ce cap chaque année. Mes parents me proposaient toujours de faire quelque chose, inviter des amis mais je le faisais un peu par contrainte et au final, on finissait par s’ennuyer plus qu’autre chose. C’était pire. J’ai donc laissé le temps passer, en ne soulevant pas plus que ça l’événement.

Aujourd’hui, ce n’est plus pareil, car la famille de mon conjoint est gigantesque et je me dois de faire bonne figure des deux côtés de sa famille (car séparé) et dans la mienne. Même si l’intention est bonne, je le sais, c’est pourtant dur. Le plus dur (pour moi), c’est quand tout le monde se met à chanter « bon anniversaire ». Là, j’ai juste envie de prendre mes jambes à mon cou ou de sortir une kalach’ et buter tout le monde. Ce n’est juste pas possible. A cela s’ajoute la prise de photos avant, pendant et après que je souffle une année de plus de perdue…

Autre source d’énervement, les coups de fil de personnes qui se souviennent de mon existence qu’une fois par an et téléphonent uniquement parce que ce sont des amis à mes parents et qu’ils n’ont pas envie de les vexer. Au téléphone, je ne suis pas franchement motivée et je le fais sentir en espérant qu’ils ne recommenceront plus l’année prochaine. Je ne sais, en plus, jamais quoi dire si ce n’est des banalités (merci, haha forcé, oui toi aussi, ben oui un an de plus comme chaque année en somme que c’est banal, oui ça allait jusqu’à maintenant,…)

Petite astuce pour ne plus être déçue en cadeaux, j’ai communiqué ma liste d’envies Amazon. Ça ne m’a quand même pas empêché de recevoir un magnifique moule à tarte (si vous rigolez, je vous encourage fortement à continuer, ça aura au moins apporté ça… ).

Comme les cartes de vœux, nous avons tous droit aux cartes d’anniversaire. Là, on garde le même secret que pour les fêtes sauf qu’on retire aux chiots et chatons le chapeau de Noël. Sans compter les cartes humoristiques qui ne font jamais rire et les messages bidons de « je te souhaite plein de bonheur etc ». Ce sont les mêmes messages écrits dans un autre contexte. Cartes qui finissent illico à la poubelle. Pareil pour les mots envoyés sur Facebook qui sont jamais très originaux quand je vois que je me force à écrire des mots qui font lien avec la relation que j’entretiens avec la personne. Si je n’écris que « bon anniversaire » c’est que la personne m’indiffère.

Finalement, tenter d’expliquer à votre famille que la seule chose qui vous intéresse ce sont les cadeaux, ce n’est pas acceptable, ça se comprend. Je serais plus pour « nous mangeons calmement le gâteau sans bruit et ouvrons avec respect les cadeaux sans trop de débordements affectifs » mais avec du recul, même un enterrement est plus festif…

 

Et vous? partagez vous avec horreur ce moment en famille? devez-vous forcer ou êtes vous débordant de joie ?

Publicités

2 réflexions sur “Les anniversaires…

  1. J’ai tellement dit à tout le monde autour de moi que je détestais qu’on se rappelle de mon anniversaire, qu’un peu à la fois j’ai reçu toujours moins de téléphones ce jour-là, jusqu’à ne plus en recevoir du tout.
    Quant à ma famille, j’ai tellement peu de contacts avec, que pour moi les fêtes de famille ça n’existe pas. Et les cadeaux, je me les offre moi-même quand j’en ai envie. A mes amis, je dis que le plus beau cadeau c’est de pouvoir passer des bons moment avec eux, n’importe quand dans l’année. Je suis donc libérée de toutes ces contraintes horripilantes pour une aspie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s