Intolérance au gluten

intolerance_au_gluten_3

Hello vous tous, aujourd’hui je viens vous parler d’un sujet qui fait souvent parler chez nous, notre rapport au gluten.

Quand il y a un an, je me suis penchée sur le Syndrome d’Asperger, j’ai pu très vite lire que les symptômes autistiques pouvaient être réduits en partie, pour certains, en limitant le gluten dans leur alimentation (pour certains même les produits laitiers mais je m’attarderai pas sur eux aujourd’hui).

Comment je suis arrivée à réduire fortement le gluten dans mon alimentation ?

Bien sûr j’avais entendu parler du sujet y’a très longtemps mais commencer à surveiller son alimentation de cette manière était contraignant. Bref, je ne me sentais pas le courage de tout remettre en question.

Ma vision des choses a changé lors de ma formation en hypnose où j’ai rencontré énormément de personnes spécialisées en nutrition qui m’ont toutes interpellée sur le sujet. Je suis donc rentrée chez moi convaincue qu’il fallait que je fasse quelque chose. D’autant plus que je souffrais de problèmes gastriques depuis des années maintenant : reflux, gastrite, intestin irritable. Il faut savoir que j’ai toujours été fragile de mon système digestif depuis l’enfance mais on me disait que c’était une fragilité familiale et donc pour moi c’était « normal ». Puis j’ai eu l’ablation de ma vésicule pour de très nombreux cailloux (il s’avère qu’on pense aujourd’hui que le gluten est en lien direct !). Pendant un temps, mes problèmes gastriques étaient terminés (j’avais eu un micro ulcère quand même). Mais tout a recommencé de plus belle six mois plus tard !

Pourtant, quand j’allais voir les spécialistes, on me disait que je n’avais rien, que j’avais déjà le traitement le plus adéquat. On me balançait des IPP (anti acides chimiques) et moi-même à côté, j’avais trouvé naturellement tous les produits possibles pour me protéger (argile, amidon, tisane, plantes etc… voir article ici). Je me sentais condamnée à vie à surveiller le moindre de mes agissements alimentaires. Chose d’autant plus handicapante que manger est un besoin vital et que je finissais par angoisser quant en venait l’heure.

Le gluten c’est quoi ?

En résumé de résumé parce que mon but n’est pas que mon article soit rébarbatif mais disponible à tous. Certaines céréales telles que le blé, l’épeautre, l’orge ou le seigle contiennent naturellement du gluten. Le gluten est une molécule qui colle les grains de farine entre eux et c’est ce qui permet par exemple que votre pain ou votre cake ne soient pas friables et donnent une pâte souple et élastique. Plus simple, c’est aussi elle qui vous oblige à laisser votre pâte à crêpes reposer 1h, le temps que les grains se collent ensemble pour que vos crêpes ne soient pas fragiles. Seulement, avec notre chère industrie capitaliste, le blé a été modifié pour en contenir plus. Il s’avère alors que l’on retrouve le gluten en plus grande quantité et partout : pain, biscuits, pâtisserie et même par exemple dans le jambon (à cause des additifs) !

Sa découverte remonte après la guerre, quand un médecin observe que beaucoup des maladies digestives disparues pendant l’Occupation refont surface. Or qu’est-ce qui manquait le plus à l’époque et que les gens utilisaient de manière principale dans leur alimentation ? la farine de blé !

Les symptômes

La plupart sont ceux qui suivent : côlon irritable, reflux gastrique, gastrite, rectocolite inflammatoire, ballonnements, diarrhée, sensation d’être barbouillé, grosse fatigue, maux de tête. Il peut il y avoir des symptômes propres à chaque personne.

Allergique ou intolérant ?

Beaucoup de gens ne savent pas qu’ils sont intolérants au gluten contrairement aux allergiques pour qui rien ne passent. Les intolérants vont développer des maladies silencieuses qui ne sont pas encore, dans la médecine actuelle, forcément liées au gluten. Comme grand exemple, le syndrome du côlon irritable. Car pourquoi le gluten fâche notre corps ? Ces molécules « collées » ne sont pas digérées par les enzymes gastriques qui n’arrivent pas à les séparer (et l’estomac produit alors plus d’acide et engendre des reflux) et passent donc directement ainsi dans notre intestin. Notre intestin perçoit le gluten comme un intrus et envoi des anticorps pour le combattre ce qui détruit à force la paroi intestinale qui ne peut plus retirer les nutriments des aliments et finit par provoquer des carences alimentaires et baisser l’immunité. Pire, à force d’irritation, les nutriments passent à travers la paroi de l’intestin et on risque des maladies bien plus graves pouvant dégénérer jusqu’au cancer.

Manger sans gluten ok, mais c’est un budget !

J’étais moi-même la première à le dire ! Et pourtant il n’est pas forcément compliqué de manger sans gluten… Le gluten n’est pas dans la viande ni dans les légumes ni dans le riz. Vous le retrouverez évidemment dans les pâtes mais il y a de plus en plus de pâtes dans le commerce sans gluten. Bon il est vrai que ça coute plus cher là par contre.

Le problème du gluten est surtout dans les repas du soir et le petit déjeuner à mon sens car on a tendance à manger du pain, viennoiseries etc. On peut trouver dans les magasins bios des pains sans gluten mais ça reste quand même cher. Pour ma part, j’ai transformé mon petit déjeuner par une alimentation uniquement que de fruits (bananes, pomme). Pour le midi, je n’ai jamais trop de problème car c’est plutôt facile (viande+légumes+riz). Le soir, j’ai acheté des farines sans gluten pour faire mon pain moi-même, mes pâtisseries  etc. Ça demande évidemment de prendre du temps mais si c’est pour aller mieux !

Ca deviendra cher à partir du moment où vous avez toute une famille à nourrir. Pour l’instant, je suis qu’avec mon compagnon et je peux facilement séparer mes plats des siens. A noter que pour les personnes reconnues comme allergiques ou intolérantes, la CPAM rembourse une partie des dépenses alimentaires.

L’autisme et le gluten

Il s’avère que le gluten produit des toxines qui vont ensuite bloquer les neuro-transmetteurs (comme c’est le cas aussi pour certains avec les produits laitiers). D’où l’intérêt de s’en priver. Pour certains, avec les probiotiques qui ont aussi un effet positif sur les symptômes, ils n’ont plus aucun comportement autistique. Et apparemment pour certains cas d’autisme, il faut vraiment prendre en compte l’alimentation! Pour d’autres, ça améliore beaucoup la perception de l’environnement et les comportements mais ça ne fait pas tout (mais c’est ça de pris les gars!)

Les résultats

En même temps, je me suis aussi fait une cure de probiotiques très hautement dosés (6 milliards de bactéries) pour remettre mon intestin en forme.

Ce que je remarque en premier, je n’ai plus de maux d’estomac ou de reflux gastrique !!! Et cela sans surveiller tout ce que je mange, j’ai simplement ôté le gluten. Bon je dois encore faire un peu gaffe mais avant j’étais irritée sans avoir parfois mangé des choses agressives (mais remplies de gluten !).

Il faut savoir que ça fait des années qu’on me dit que c’est nerveux, des années que je dis que je ne suis pas nerveuse à ce point et des années qu’on me dit que je me connais mal, à force je commençais à douter de ma confiance en moi sur le sujet…

Par contre niveau symptômes autistiques moins présents, j’avoue ne pas me rendre compte. Je viens d’une semaine de vacances et de détente qui  m’a permise de récupérer et ma thérapie en hypnose de 15 jours a réglé pas mal de problèmes. J’ai l’impression d’être plus flexible mais je ne sais pas si ça dépend de ça  ou du reste?

Comment savoir si on est concerné ?

Vous ne perdez rien à faire l’essai de vous priver du gluten dans votre alimentation.

D’abord, si vous avez plusieurs symptômes décrits plus haut. Si c’est le cas, privez-vous par exemple deux semaines de gluten et faites l’essai de remanger un plat comme des pâtes. Si vos problèmes resurgissent, c’est que c’est effectivement vers cette voie qu’il faut chercher.

Vous trouverez sur Internet pas mal de sites Internet concernant le sujet avec la liste des aliments autorisés et des recettes.

Pour une bibliographie, je n’ai rien à vous proposer, mais il y a des livres qui circulent sur la toile.

like-su-facebook

Publicités

3 réflexions sur “Intolérance au gluten

  1. Pingback: Bilan 2015 du blog | Asperguette

  2. Merci d’avoir écrit cet article! J’ai moi même des problèmes de gastrites et d’ulcères depuis plusieurs années sans que les médecins n’y trouve de cause autre que mon pseudo « stress ». J’ai arrêté le gluten depuis quelques mois et il y a un nette amélioration, c’est agréable de voir que l’on est pas seuls dans ce cas et au moins pas totalement folle à penser que le gluten a un rapport avec les gastrites.

    • Hello! Je devrais faire une suite à cet article.

      Aujourd’hui, je mange normalement. J’ai découvert en fait que j’étais d’une nature tellement stressée que je ne le sressentais même plus!! Grâce à l’hypnose et d’autres méthodes de lâcher prise, mes problèmes d’estomac ont disparu. Néanmoins, manger sans gluten m’a permis vraiment de récupérer un peu de confort. J’avais encore des soucis mais c’était nettement moins fort. Je pense donc que manger sans gluten peut être un bon moyen de reposer l’estomac quand celui-ci est sous tension et le stress de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s