Les autistes sont des sauvages foi de spécialiste !

La semaine dernière, au téléphone, une dame a besoin de parler. Elle veut prendre une séance d’hypnose pour son fils de 5 ans. Elle commence à me le décrire : disharmonie, problème psychomoteur (lent à parler et à marcher), dysgraphique, excellente mémoire, connait par cœur des histoires, ne supporte pas de changer de routine et les changements tout court, grand anxieux, crise de colère incontrôlable, isolé dans la cour de l’école par les autres qui le trouvent différent, pleure pour des broutilles, hyperactif, allergies, troubles digestifs, hypersensible et c’est pour ce dernier point qu’elle vient me voir car il est tellement à bout, que dès qu’on le touche, il se sent « frappé ».

Après avoir entendu tout cela, je me dois de lui dire « Mais Madame, on ne vous a jamais dit que votre fils était peut-être autiste ? ». « Si » me répond-elle « c’est même pour ça que je vous téléphone car vous avez eu mon neveu que vous pensiez haut potentiel ». Mais selon les spécialistes, son fils n’est pas autiste. « Ah bon ? et pourquoi ? » « Parce qu’il n’est pas sauvage voyez vous».

Pardon O_o  ???? Sauvage ? « oui, ils ont dit qu’il allait au contact des autres et qu’il ne restait pas sauvage dans son coin ». J’hallucine comme si on approchait un animal et qu’il détalait quand on essayait d’entrer en contact avec. Limite un petit côté farouche.

J’explique donc à cette dame que pour moi son fils présente certainement un profil TSA.  Une fois de plus, j’entends qu’elle est seule face à tout ça et que les psychiatres qu’elle a pu voir lui ont tous dit que son fils n’était pas autiste uniquement à cause qu’il arrive à se lier socialement. Peut-être pour l’autiste profond mais on sait depuis plusieurs années maintenant qu’il y a plusieurs intensités…

 

Le système où les médecins règnent en maîtres

La question qui se pose c’est comment est-ce possible d’encore associer l’autisme qu’aux cas profonds et d’oublier les légers?  Et aux parents d’entendre « que c’est leur faute » car ils sont trop protecteurs ou « qu’ils s’inquiètent de trop ». Ces parents qui vivent avec leur enfant et qui ne le connaissent visiblement pas aussi bien que le médecin…

Pourtant le gamin était bien suivi, AVS et CPE + psy. Comment est-ce possible qu’on a jamais parlé à cette dame des nouveaux régimes alimentaires, sans gluten, lactose et avec probiotiques qui font parfois de vrais miracles ?  Cela fait pourtant dix ans maintenant qu’outre Atlantique, des études ont permises de le souligner. Pourquoi les autistes et les parents qui ont décidé de prendre les choses en main sont-ils les seuls au courant et pas nos universitaires ? Parce que visiblement, on ne lit pas les publications de nos voisins sur les bancs de la faculté et que la recherche scientifique est nulle. Il serait grand temps de sortir des prescriptions médicamenteuses qui n’assurent aucun avenir sinon celui de la dépendance.

Mais derrière tout cela, il y a un système encore plus vicieux qui doit cesser compte tenu de la grande incompétence de certains de nos spécialistes. Le soucis est que j’ai beau me spécialiser dans la cause de l’autisme, et devenir peut être un jour une des plus grandes chercheuses, que mon diagnostic serait, au moindre avis contraire d’un psychiatre, tout simplement balayé ! N’étant pas psychologue de formation mais spécialisée dans les sciences humaines, cela peut me sembler logique.  Alors prenons un autre exemple: un psychologue, cinq ans d’études, spécialisé dans l’autisme, avec des publications et une grande expérience. Son diagnostic sera pourtant, face à certains psychiatres qui ne connaissent strictement rien du tout au sujet ou n’en connaissent simplement que les grandes lignes, celles d’il y a 30 à 50 ans, non valable et cassé. Là, c’est tout bonnement illogique!

Alors admettons que vous soyez parent et que vous soyez à la recherche d’une personne spécialisée dans l’autisme. Vous tombez sur un psychologue qui défend cette cause personnellement et connait le sujet au top (oui c’est possible lol). Il écrit un diagnostic stipulant que votre enfant est autiste et argumente solidement le pourquoi avec peut-être le fruit d’années d’expérience ! Mais vous voulez des aides de l’Etat pour reconnaître le handicap. Le diagnostic devra alors être soumis à un psychiatre d’Etat qui va le lire et qui selon son propre jugement et après avoir vu votre enfant, jugera si oui ou non ce diagnostic est correct. Comme il est peut être formé très superficiellement, il risque de vous dire que votre fils/fille n’est pas autiste sur de simples critères comme ceux liés au social. Vous voilà revenus à la case départ après des mois et des mois de démarches. Et que dire des témoignages de parents à propos des CRA qui diag différemment d’un département à l’autre?

 

Autistes! Il est temps de prendre votre place en vous mettant au cœur du système !

Voilà où nous en sommes aujourd’hui… Autant vous dire que les quelques psychiatres vraiment compétents dans l’autisme doivent être pris d’assaut. Et à quand les autistes qui se diagnostiquent officiellement entre eux ?

J’invite tous les autistes de toutes sortes s’ils en sont capables et qu’ils en ont la volonté de mener des études en médecine pour devenir psychiatres à leur tour et enfin soulager les nombreux parents qui se font balader d’instituts en instituts et qui très souvent deviennent eux-mêmes les spécialistes pour sauver leur enfant! Il y a une énorme différence entre poser un diagnostic et poser un diagnostic que l’on comprend pour le vivre aussi.

 

Bien sur, je vous laisse partager vos avis et vos ressentis. Peut-être certains parents ont ils vécu cette situation et aimeraient se défouler sur le système ^^ 

Publicités

4 réflexions sur “Les autistes sont des sauvages foi de spécialiste !

  1. Bonjour, je suis ton blog depuis quelques temps, voilà j’ai une petite question car ton dernier article me parle beaucoup! J’ai passé 2 entretiens dans deux hôpitaux différents à Paris et Créteil (CRA), pour les 2 psychologues que j’ai vues je n’ai pas le syndrome asperger et à chaque fois j’ai juste un entretien.
    Je ne passe pas de test tout ça dure environ 1h00, merci & orevoir! Comme les hôpitaux ne prennent pas la peine de m’écouter, penses-tu que des centres privées ou un psychiatre spécialisé en thérapie cognitive pourrait poser un diagnostic? J’ai compris que tout ceci doit être validé par un psychiatre d’état…J’avoue que je suis un peu perdue, si tu as des pistes à m’indiquer je te remercie! ps: la deuxième m’a quand même dit qu’elle pouvait se tromper, mais bon d’autres rdv l’attendaient derrière:))

    • Hello!

      Alors oui tu peux évidemment passer par le privé si tes deux entretiens en CRA te paraissent trop rapides et flous (t’es allée en CRA et la fille t’a dit qu’elle pouvait se tromper? ^^’ ok quoi, ils sont censés être calés sur le sujet quand même). Si tu trouves un psychiatre, c’est encore mieux car même si ça passe par un psychiatre d’Etat ensuite, il aura peut être plus de méfiance de casser le diag d’un collègue de même niveau que lui. Malheureusement en France, il n’y a pas énormément de solutions différentes: ou tu passes par le CRA ou par le privé, sachant quand même que le privé a un certain coût, non négligeable, puisque ça peut frôler les 400€!
      Merci de me suivre et courage à toi dans tes démarches!

  2. Ok, merci pour ta réponse! En fait c’est la psychologue qui m’a dit de me tourner vers un psychiatre spécialisé en thérapie cognitivo-comportementale donc payant. Oui je continue de te suivre, merci encore!

  3. Pingback: Bilan 2015 du blog | Asperguette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s