Un plaidoyer pour Asperger, le Théorème du Homard

 

Si certains de vous me suivent depuis longtemps, ils savent que ce livre est mon coup de cœur. Comme il est un vrai plaidoyer pour le SA, j’aimerais cette fois aborder avec vous le côté analytique du livre et pourquoi c’est une excellente idée de cadeau pour vous ou pour vos proches !

 

91JQkeY7gLL

Don Tillman, le fêlé de l’histoire

Et comme protagoniste principal, Don Tillman : 39 ans, généticien à la fac de Melbourne, sosie de Gregory Peck, professeur associé, talentueux et travailleur mais comme il le dirait lui-même « inadapté socialement ». Presque 40 ans et seulement deux amis, Gene et Claudia un couple de psys travaillant à la fac. Arrivé à la moitié de sa vie, Don décide de trouver l’amour. Seulement, il veut que la femme qui l’accompagne respecte des critères très précis. Pour ça, il invente un questionnaire de 300 questions qu’il distribue sous forme de QCM lors de speed dating ou de rendez-vous. Gene lui envoie une de ses élèves, une jeune fille qui ne correspond à aucun des critères de Don. Celle-ci lui partage son envie de retrouver son père biologique et il se laisse emporter par cette aventure qui va bousculer pas mal de ses si chères habitudes.

 

Asperger comme étendard

Car l’auteur évoque le sujet dès les premières pages du livre. Don fait une conférence sur le SA en compagnie d’aspies. Ensuite, Don en parle à Claudia qui lui laisse sous-entendre qu’il correspond au profil (mais ne comprenant pas les sous-entendus il ne capte pas) et enfin pour un projet de recherche où Don décide de travailler sur le sujet uniquement pour justifier ses recherches personnelles concernant le père de Rosie et n’ayant aucun lien avec le SA.

Finalement, c’est le livre lui-même tout au long qui permet de comprendre que Don est le porteur du SA et c’est lui qui ouvre les yeux au lecteur. Personnellement, je dois avouer m’être retrouvée en lui surtout au niveau des réflexions liées au relationnel et au sentimental. Aujourd’hui encore, en lisant le livre, j’ai plaisir à redécouvrir ses réflexions très justes et très humaines quand on est autant décalé dans le social et que ce sont les autres qui nous paraissent bizarres comme il le dirait lui-même. Quand on est pris entre l’image que la société renvoie de nous et ce que nous désirons pour nous-même.

 

Un profil qui ne laisse pas de doute

Car si on analyse Don, il est un manuel du SA à lui tout seul voir même un peu caricaturé. Il organise ses journées à la minute près, il a ses petites habitudes quotidiennes, ne comprend pas le second degré ou l’ironie, panique si on bouscule son emploi du temps, vient d’un passé psychiatrique dépressif, très maladroit socialement, s’habille au plus pratique mais pas au plus esthétique, haut potentiel, a besoin qu’on lui explique les sous-entendus, ne comprend pas le non-verbal, alimentation fixée selon les jours de la semaine, très franc, ne sait pas mentir, manque d’empathie, etc… je vous laisserai lister lol.

 

Asperger et l’amour

Et bien sûr le sujet principal : comment trouver l’amour avec le profil SA ? Dans un premier temps, Don est persuadé que sa méthode de questionnaire va lui permettre de trouver la femme qui lui correspond parfaitement. Très vite aussi, il comprend que sa méthode élimine quasiment toutes prétendantes. C’est là que le charme opère car le livre ouvre le champ des possibles au cœur pour faire taire le cerveau rationnel. Don va tout doucement chercher en lui-même comment il gère les sentiments, les ressent et décrit ses surcharges émotives. Le livre remet très très bien la confusion face à laquelle on peut se trouver dans des situations de ce genre et on ne peut s’empêcher de vivre avec lui sa souffrance comme ses explorations internes et ses découvertes en ne pensant pas un peu à soi. Il en arrive même à se demander s’il est capable d’éprouver de l’amour car la société lui laisse comprendre que c’est impossible. Là où l’auteur est doué c’est qu’il aborde un sujet très douloureux avec une autodérision humoristique qui ne rend pas ce cheminement brutal mais logique.

 

Don Tillman n’est peut-être pas Asperger

Surprenant n’est-ce pas après ce que je vous ai dit ? Sachez que Graeme SImsion, l’auteur du livre, a d’abord ouvertement laissé penser que traiter le SA dans un livre avec une personne telle que Don n’était pas un hasard. Sauf que très vite, dans les interviews, on lui a posé des quantités de questions sur le SA et qu’il a commencé à être un peu énervé. Simsion est alors revenu sur le SA en disant que Don était simplement un homme avec ses difficultés et que ce sont les lecteurs qui sont le plus à même de dire si oui ou non Don est Asperger, ne voulant plus pour sa part se positionner sur le sujet. Une réaction personnellement que je trouve très dommageable au beau travail qu’il avait fait.

 

Une conclusion un peu dérangeante

A moins que Don corresponde à mon fameux « Asperger émotionnel », soit celui qui présente des troubles autistiques car il est avant tout en anxiété permanente et que par la même son environnement le met en surcharge complète, la conclusion de l’auteur paraît très très simpliste. Car finalement, ce qui va arriver à Don c’est qu’il va décider de s’intégrer dans la société en se changeant lui-même. J’avoue être perturbée par cette conclusion. Don est le moteur de son changement et je trouve ça très beau de mettre en évidence que rien n’est immuable et qu’on peut toujours y arriver sauf que Don est juste plus du tout lui-même ! Bien évidemment, il a compris des choses sur la vie et sur lui qui l’aident à arriver à ce résultat sans trop se contraindre mais la conclusion nous paraît être qu’étant non accepté par la société, il décide de se fondre dans une personnalité qui ne lui correspond pas. Certainement le cas de beaucoup d’Aspergers mais c’est un peu choquant de voir l’auteur proposer cette solution car ça laisse sous-entendre que pour être aimé, un Asperger doit être quelqu’un d’autre. Je ne sais pas si je suis la seule à avoir compris ça? (la suite du livre viendra bousculer cette conclusion toutefois).

Voir l’article écrit y’a un an, les interviews traduites

Electre_978-2-84111-870-0_9782841118700Pour ceux qui ne le savent pas, la suite est sortie il y a quelques mois, aux Editions Nil

Publicités

Une réflexion sur “Un plaidoyer pour Asperger, le Théorème du Homard

  1. Pingback: Bilan 2015 du blog | Asperguette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s