Bilan de 2 ans d’introspection

Il est l’heure de faire le bilan de ces deux années d’introspection personnelle ! J’ai relu mon blog attentivement depuis le début pour essayer de voir ce qui avait changé en moi depuis ma première prise de conscience du possible SA à aujourd’hui.

Et clairement, il en ressort quelque chose d’assez net : la première année est dédiée à l’analyse de moi-même alors que la seconde est plutôt axée sur l’acceptation.

Avant toute chose, j’aimerais insister sur le fait que je suis toujours la même (mon cerveau est toujours câblé différemment) mais par l’hypnose, la relaxation et le lâcher prise, j’ai gagné un confort de vie très supérieur.

 

La première année, la soif de légitimité

Je l’ai déjà expliqué plusieurs fois sur ce blog, ce qui définit ma première année c’est le besoin de me reconnaître enfin parmi d’autres. Cela passe par les forums, les groupes Facebook, les livres et le besoin de partager ce que l’on ressent, ce que l’on vit.

C’est d’ailleurs toute la force de ce cheminement, car on découvre enfin qu’on n’est pas seul alors qu’on a porté tout ça sur ses épaules depuis tellement d’années sans savoir qu’il y en avait d’autres dans cette galère. Au niveau de la confiance en soi, ça peut changer beaucoup de choses car on se sent soudainement légitime d’être ce que l’on est.

La différence peut alors devenir une fierté, celle d’avoir vécu beaucoup plus de difficultés que les autres et de ne jamais avoir abandonné. Je ressens aussi une sorte de révolte s’installer en moi. Vis-à-vis de mes parents, je me demande comment ce fut possible qu’ils n’aient rien vu avec la scolarité que j’ai eu entre moqueries, troubles anxieux, TOC, apparence et social difficile. Je me dis que j’aurais pu encaisser moins de souffrance si un suivi avait été mis en place (après réflexion, je pense que je n’aurai pas accepté ce suivi et que finalement, ça m’a permis aussi d’être aussi forte aujourd’hui). Avec aussi  des problèmes d’attention et une dyscalculie qui me plaçait comme bête noire dans toutes les branches scientifiques… Compliqué de garder confiance en soi quand on vous répète tous les jours d’arrêter d’être inattentive (comme si je le faisais exprès…) et de travailler encore plus dans des matières qui vous saturent les méninges.

Et finalement c’est ce qui me reste comme gout amer en bouche : avoir encaissé tellement de souffrance, de regards lourds, de remarques injustes alors que je faisais tout ce qui était possible en fonction de ce que j’étais.

Durant cette année, il y a aussi (et ce dès le départ en fait) l’analyse en détails de moi-même, le besoin de remettre une signification sur tout ce qui a été vécu de difficile dans le passé et de l’éclairer avec le SA. Et de voir comme soudainement beaucoup de choses prennent sens et comme on peut lire d’autres personnes vivre la même chose.

Ma première année est donc celle du besoin de reconnaissance et d’exprimer ma différence. Pour voir un peu aussi la réaction de la famille et de l’entourage. Mais vous retrouverez tout ça dans les premiers articles du blog.

 

La deuxième année, celle de l’acceptation.

Se revendiquer comme on est, c’est finalement un peu manquer de confiance en soi. L’inverse aussi. Il faut donc trouver le juste milieu, le vivre simplement, naturellement, sans besoin de dire quoi que ce soit quitte même à l’oublier (c’est possible en s’acceptant globalement). On est comme on est. J’avais d’ailleurs toujours vécu les choses comme ça, mais avec l’autodiag Asperger, tout avait changé. J’avais soudainement compris que ce n’était pas les autres qui étaient différents mais moi. Et j’avais vu tout mon quotidien prendre une autre signification. Sans le vouloir, je me suis mise encore plus à l’écart des autres.

Arrive alors ma formation en hypnose qui va tout faire basculer ! Pendant celle-ci, j’ai la possibilité de me dégager de blocages sur moi-même que j’avais pu soulever pendant l’analyse de la première année.

Ensuite c’est ma libération de mon contrat salarié, qui va enfin me permettre de m’exprimer dans mon nouveau métier et de reprendre confiance en moi. En fait, je me rends compte que je fais ce job depuis des années sans le savoir. Et de là, tout va très vite, je commence à faire du développement personnel intensément. Ce n’est pas tous les jours facile loin de là et je me découvre même une grande tendance bipolaire. Le moral varie d’un jour à l’autre sans toujours bien comprendre pourquoi.

Grâce au travail de lâcher prise, je prends enfin du recul, je me décharge aussi de beaucoup beaucoup de souffrance portée depuis très longtemps, j’enterre mon passé et je règle tout ce qui est douloureux (exercice tout de même très compliqué qui demande parfois de voir des spécialistes extérieurs).

Mais surtout je perds en psychorigidité ! Mon inconscient libéré et désensibilisé aux mauvais souvenirs du passé, je gagne en sérénité. Ce qui me permet des contacts sociaux beaucoup plus faciles, de ne plus être stressée du tout par les imprévus et même de tout doucement être désorganisée. J’en arrive même à faire des choses en dernière minute sans stress (hardcore!). J’ai besoin de beaucoup moins m’isoler pour récupérer, les surcharges ont quasiment disparu, le stress en conduisant est même devenu nul. J’arrive enfin à me comprendre !  

Tout cela grâce à l’hypnose et aux disciplines connexes (dont l’énergétique qui m’a permise de ressentir mes émotions). En bref, plus besoin d’un contrôle excessif par le mental de mon environnement car je n’ai plus de méfiance. Il n’y a qu’un seul point où les choses n’ont pas changé, ce sont mes problèmes d’attention qui ont même eu tendance à augmenter avec mon lâcher prise.

Durant cette année, beaucoup de personnes me demandent comment je fais pour séparer le SA du HP. Depuis mon adolescence, je savais que j’étais HP mais pour moi ça ne voulait rien dire. Je ne savais pas qu’être HP impliquait d’être différent. Au départ, je ne fais pas attention à cette possibilité qui revient pourtant souvent dans les questions que l’on me pose. Je décide alors d’approfondir le sujet et je lis que chez les femmes, le profil aspi/HP est quasiment impossible à distinguer tant ils sont proches et que les femmes compensent mieux le social. Or socialement, je me suis toujours bien débrouillée. Me voilà donc le cul entre deux chaises… C’est aussi un peu à ce moment que toute envie de classification me concernant m’abandonne. Visiblement, les spécialistes sont à la ramasse et on peut-être diag différemment dans chaque CRA de département. Pour moi, deux choses sont sures à ce moment, je suis TDA (et c’est génétique de par mon père) et HP (génétique du côté de ma mère, surtout mon grand-père). Asperger alors ? Je ne mets pas de côté cette possibilité mais je pencherais plus pour le profil TSA que porte sur eux les HP. Néanmoins, une chose me paraît évidente, un jour ou l’autre, on nous mettra tous dans une même catégorie liée à nos caractéristiques neuronales communes. Car finalement à bien y observer TDA(H), HP, TSA et hypersensible: les profils sont souvent imbriqués. 

 

Ce qui n’a pas changé

A à me lire, on a presque envie de croire au miracle ! Comme je vous disais, il y a une amélioration mais je suis toujours la même. Avec la fatigue et le stress, cela peut revenir ou augmenter (d’où mon hypothèse d’Asperger émotionnel).

Par exemple, durant ce mois j’ai subi un très gros stress. Je l’ai nettement mieux géré qu’avant mais j’ai vu augmenter mon besoin d’être seule. Avec la fatigue, impossibilité de supporter les bruits répétitifs (comme un mec qui tousse, clavier, etc tous les bruits imprévus ) ou d’être touchée. J’avais comme de l’électricité qui passait dans tout le corps. J’étais plus vite à bout de nerfs.

Par contre en toutes circonstances, je n’arrive toujours pas à supporter dans mon champ visuel quelque chose qui bouge de manière répétitive (comme le chat qui se lécherait sur le fauteuil ou si je suis à table, avoir du mouvement autour de moi comme qqun qui se lève et qui s’asseoit souvent).

En fait, je suis toujours insupportée par les mêmes choses, mais par la relaxation/méditation/hypnose, je les tolère beaucoup mieux ! Voir même, si je suis en forme, j’arrive à ne pas les voir.

J’analyse beaucoup moins mes relations sociales et le social en général mais il reste que je me rends compte que je suis parfois décalée. Avant je m’en souciais maintenant beaucoup moins parce que je dédramatise aussi en voyant de par mon job que finalement tout le monde à son petit problème personnel (la différence c’est qu’ils le cachent mieux). Et j’ai repris mon mécanisme d’observatrice naturelle, je m’en rends compte que si j’y fais attention.

Je manque toujours de réflexion dans certaines situations comme si des accès étaient fermés. Bête exemple: si le paquet de riz n’est pas à sa place c’est qu’il y en a plus. Je ne pense pas une seule seconde que mon compagnon a pu le déplacer ailleurs et donc j’en ouvre un nouveau. Le fonctionnement dans certaine situation reste très mécanique. Telle chose implique ce mécanisme etc.

 

En route vers la troisième année

Et pour cette 3ème année, je veux évidemment continuer mon travail de développement personnel mais ne plus en faire ma seule priorité. Cette année, je veux utiliser tout ce que j’ai pu comprendre pour le mettre dans le développement de mon activité professionnelle.

Cela passe aussi par le développement de mon projet pour montrer que l’on peut offrir une amélioration de vie aux profils TDA/HP/Asperger/hypersensible par l’hypnose en évitant les médicaments. Mais ça passe aussi par vous ! Vous êtes les seuls à pouvoir partager ce projet autour de vous.

J’attends les statistiques de cette fin d’année pour le blog mais je sais déjà qu’elles seront plus élevées que l’année passée car j’ai pu voir nettement le nombre de visites par jour augmenter et c’est évidemment grâce à vous! Je vous remercie donc de me lire, de me partager et aussi de m’écrire car cela me permet de me remettre en question quand c’est nécessaire et d’enrichir ma vision avec la vôtre! 

Publicités

Une réflexion sur “Bilan de 2 ans d’introspection

  1. Pingback: Bilan 2015 du blog | Asperguette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s