La voie du couple

Hier en rangeant mes papiers, je suis tombée sur le fruit d’une réflexion d’il y a un an ! Et c’est très symbolique car ça fait un an que je me suis séparée de mon ex compagnon avec qui j’ai été en couple 4 ans. Certes beaucoup moins longue que beaucoup d’histoire et je suppose bien plus  que d’autres…

Si j’en parle aujourd’hui c’est parce que l’Amour est certainement le sentiment qui nous perturbe le plus. Faut-il rester dans le cœur ou faire appel au cerveau pour y voir plus clair au risque de couper totalement l’émotion ? Comment faire quand on a difficile à savoir ce qu’on peut ressentir ou ce qu’on devrait ressentir?

Cette relation de souffrance m’a aidée à corriger beaucoup de choses en moi puisque je pensais toujours que je faisais un truc de travers en tant que bon HP incapable de s’aimer. Je me remettais donc tout le temps en question jusqu’au jour où l’épuisement m’a gagné et que les doutes ce sont faits de plus en plus criants.

Comme une synchronicité, je suis  tombée sur la vidéo « la voie du couple » d’Isabelle Padovani (en fin d’article). Cette vidéo m’a inspirée des réflexions que je vous partage ici avec celles de Padovani.

Donc commençons, si je suis en couple mais que je ne me retrouve plus dans cette relation, qu’est-ce qui me fait rester sur les cailloux ? Dans le sens, pourquoi j’accepte cet inconfort ? Est-ce par dépendance affective ? Ma situation financière ? Est-ce que j’ai des enfants avec cette personne ?

Comme beaucoup, je me disais souvent que mon ex compagnon était gentil, ce n’était pas un bourreau. Et donc logiquement le problème devait venir de moi, je devais être trop exigeante etc. Et j’ai remis en cause des valeurs qui m’avaient construites comme étant fausses alors que ça ne l’était pas. Dans le concept du développement personnel, j’ai vu l’autre comme mon miroir en me disant que tout ce qui n’allait pas devait être bossé. Et après quatre ans de relation où je n’ai fait que me reconstruire, je n’étais plus du tout la même personne. Je n’avais plus du tout les mêmes besoins, les mêmes envies et les mêmes idéaux.

Les doutes s’intensifient et on cherche à se rattraper à quelque chose. Pour nous qui mentalisons/analysons tout, on se dit qu’on a peut-être loupé une donnée essentielle qui viendrait tout changer. Alors on attend, on attend, on attend… Rien ne vient. On ne veut pas forcément voir l’évidence. C’est  un tremblement de terre sous nos pieds et on se voile la face, on se plonge parfois dans le déni. Surtout quand on a une maison, un compte commun, des responsabilités financières, des enfants, etc. Et d’un point de vue Asperger ou HP, on se dit qu’on a réussi des choses qu’on pensait inaccessibles et l’idée de tout détruire est un échec encore plus cruel.

Pourtant voici les questions à se poser :

  • Est-ce que vous avez l’impression que cette relation vous grandit ? Si non, pourquoi vous y restez ?
  • Est-ce ainsi que vous imaginiez une relation de couple ? Est-ce que cette relation vous épanouie ou au contraire est-ce qu’elle vous angoisse ? Est-ce que c’est à cause d’un comportement vous concernant ou est-ce l’autre dans sa façon d’être ?
  • Est-ce que l’autre répond à vos besoins ou envies et ce même s’il est très gentil et bienveillant ?

La dernière question est la plus importante car on se dit souvent qu’on ne trouvera pas mieux ailleurs et qu’on devrait être plus souple. A vrai dire, elle soulève surtout votre valeur personnelle ! Si on manque de confiance en soi, on risque de rester des années avec une personne qui ne convient pas, emprisonnée dans des schémas qui nous bouffent, uniquement car on a peur de ne pas trouver mieux. Comme le dit Padovani : s’il n’y pas peut-être pas mieux ailleurs, il y a mieux en vous ! Et rester dans une relation qui nous ronge, c’est tout simplement se limiter dans son propre potentiel et surtout s’empêcher d’avancer. Mais comment le voir quand on vit avec une personne qui ne le met pas en évidence ? C’est une image tronquée de nous qui est renvoyée perpétuellement et on finit par dépérir.

Alors voici la belle métaphore que donne Padovani et qui a été celle qui m’a aidée à prendre une décision. Elle a été très révélatrice car j’ai entendu ce jour-là ce que je pensais depuis longtemps, et l’entendre de la bouche de quelqu’un d’autre rend légitime ce qu’on pense.

Imaginez que vous avez un jardin privé avec des parcelles représentant des parties de vous (faites l’exercice et amusez-vous à les définir, par ex : la liberté, les besoins affectifs, la réalisation de soi, le confort matériel, la joie, etc). Il y a des parties dont on s’occupe très bien seul et d’autres pour lesquelles on a besoin d’aide parce qu’on ne sait pas comment s’y prendre ou on n’a pas les compétences pour s’en occuper. De temps à autre, vous rencontrez un(e) jardinier(e) qui se présente, c’est une possibilité que celui(celle)-ci devienne votre moitié. Ce qui vous intéresse c’est justement qu’il(elle) prenne soin des parcelles vides ou vous donne un coup de main pour améliorer les autres. En échange, vous ferez pareil de son côté.  Alors si vous êtes en couple interrogez-vous :

Est-ce que cette personne prend soin des parcelles qui vous intéresse ou s’occupe que de celles que vous cultivez déjà ? Y’a-t-il un intérêt d’avoir une personne qui s’occupe déjà de ce que l’on fait bien seul ? Et vous, prenez-vous soin des parcelles de l’autre qui lui sont utiles ?

Est-ce que depuis que j’ai ce jardinier, certaines parcelles dont je m’occupais bien seul dépérissent ? Mais est-ce que d’autres sont nourries ? Ou au contraire, j’ai perdu des parcelles sans en gagner ? Quoi qu’il arrive, il faut se dire qu’un bon jardinier ne sacrifie aucune parcelle pour d’autres. Au minimum, il maintient celles du départ. Au mieux, il en ajoute d’autres. Autrement dit, ne laissez personne de moins bien que vous aller dans votre jardin et ne signez pas un CDI avec le premier jardinier qui s’intéresse à vous.

Je me rappelle avoir écrit ceci dans ma lettre de rupture « je crois tout simplement que nous ne prenons pas soin des parcelles que l’autre désire voir cultiver et nous le savons depuis longtemps ». Nous avions des attentes très différentes le temps passant. Nous savions inconsciemment très bien que nous ne prenions pas soin des parcelles que l’autre voulait et c’était même devenu un moyen pour se blesser. Un peu une manière de se venger de ce que nous ne recevions pas. On faisait exprès de maltraiter les parcelles vides ou de maltraiter les existantes. C’est insidieux et invisible. C’est là que les dégâts commencent car tout est réalisé dans le silence et prend place dans le quotidien.

Si vous êtes célibataire, prenez donc votre temps pour regarder votre jardin et établissez un contrat pour jardinier. Il faut au moins que vous trouviez qqun d’aussi bien voir mieux que vous pour en prendre soin. Mais certainement pas moins bien! C’est aussi ce type de choix, qui vous donnera toujours envie d’aller prendre soin des parcelles de l’autre. Car ce n’est pas un sens unique ! Finalement, nous qui aimons la logique, ceci l’est complètement. On ne laisse pas entrer quelqu’un pour saccager le travail que l’on fait mais pour le sublimer ou le compléter.

Si nous réfléchissons bien, nous avons certainement tous une expérience où nous savions parfois éperdument que nous ne pourrions pas prendre soin des parcelles de l’autre ou que l’autre était incapable de prendre soin de nos parcelles, pourquoi alors avons-nous posé ce choix ? A moins qu’il y ait une réelle volonté d’apprendre ensemble à s’occuper l’un de l’autre, ce qui est très différent, nous ne devrions jamais nous lancer dans une relation que nous ne sentons pas dès le début prometteur de joie ou de bonheur. Combler la solitude amène simplement un manque de liberté avec la mauvaise personne.

Voilà pour la réflexion que je voulais vous proposer aujourd’hui. Je fais très peu d’articles sur le relationnel amoureux parce que c’est généralement très délicat mais celui-ci me semblait un devoir d’ordre public xD

Pour ceux qui voudraient voir cette vidéo que je conseille fortement!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s