Test aspie quizz – 3 ans et demi après!

Donc après 3 ans et demi de développement personnel sur moi et de lecture émotionnelle, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de recommencer le test aspie quizz pour voir l’évolution de mon score.

 

Petit rappel d’où je viens

Je fais ce rappel car vous êtes aujourd’hui beaucoup à arriver sur le site sans savoir d’où je démarrais. On me pose parfois la question de pourquoi le blog s’appelle Asperguette alors que je ne suis pas Asperguer. Il faut pour cela comprendre d’où j’ai commencé.

Il y a donc environ 4 ans, je tiens le livre de Schovanec « je suis à l’Est » en mains et je me reconnais complètement dans ce bouquin. Je commence alors à chercher sur Internet, faire l’Aspie quizz, et tout semble révéler que j’ai en tous cas un TSA (trouble su spectre autistique).

Il est vrai qu’à l’époque je suis terriblement psychorigide (voir les premiers articles). Il me faut le contrôle sur tout, le mental et l’analyse sont aux commandes de manière constante. Aucune souplesse au travail ni dans la vie perso. Je viens d’une scolarité rigoureuse mais chaotique au niveau sociabilité. Le monde professionnel est une torture. Je suis en décalage constant avec les autres. Épuisée et à bout de ressources tout le temps donc dans une certaine solitude réconfortante et bienfaisante mais qui me coupe de tout.

Ma première démarche est donc de me renseigner abondamment sur ce profil. Si beaucoup de traits sont présents, il y a toutefois quelque chose qui ne correspond pas c’est le social. Disons que s’il m’est difficile, il ne l’est pas au point que j’ai un manque de lecture des visages, de la compréhension de ce qu’on me dit et j’arrive quand même bien à m’en sortir oralement et à rencontrer les gens (puisque mon métier aujourd’hui est la thérapie énergétique).

De plus en plus sur les groupes Facebook, des personnes évoquent le profil Haut potentiel qui présente justement cette différence avec le profil Asperger. Beaucoup de traits communs, surtout sur la mauvaise gestion émotionnelle mais une gestion du social plus complète. A ce moment là, je me retrouve nettement plus.

Pour la petite info, comme je veux être sure, je téléphone au CRA de ma région, qui m’envoie paître gentiment en me disant que puisque je travaille et que j’ai des amis, je ne peux pas être Asperger… Faut dire qu’il y a 2 ans d’attente de liste, donc faut bien faire un tri.

En arrive alors la démarche de passer le test de QI que je ne fais pas. Un peu refroidie par le système. Mais surtout à cause de ma prise de conscience. Après avoir lu pendant un an et demi toutes les publications et tous les livres possibles il me semble évident que je suis « précoce » comme cela se dit… Avec en plus un TDA, de l’hypersensibilité, de la dyscalculie et pour finaliser le tout un léger TSA. Sachant que tous cela avait d’ailleurs été mis en évidence très tôt durant ma scolarité.

Hypersensibilité dès la maternelle, avec anxiété et angoisse d’aller à l’école et de se lier socialement. Maux de ventre récurrents pour un oui pour un non. Pas d’amis, isolement. Pensées obsessionnelles sur l’avenir et ses possibles risques (à seulement 5 ans)

TDA révélé lors du CP. Gros manque de concentration d’ailleurs jusqu’à la fin de ma scolarité qui m’oblige à trouver mes propres systèmes et à bosser 2x plus que n’importe qui. A l’époque on m’accuse d' »inattention » ce qui est pire. Car ça me fait passer pour une personne qui ne veut pas se concentrer… et me fait beaucoup perdre confiance en moi et forcément, pas brillant pour l’estime ensuite.

Dyscalculie révélée dès le CP, mais à l’époque, on ne connait pas ce profil. Juste la dyslexie. Pareillement, ça me suit comme une torture jusqu’à la fin de ma scolarité puisque les maths sont en sciences aussi. Les cours de rattrapage que je suivais pour faire plaisir à mes parents n’y feront rien. Tout se mélange dans ma tête.

Alors aujourd’hui, après cette lecture de mon passé mais aussi après avoir travaillé sur moi, je ne ressens plus le besoin de validation extérieure. Ca arrive trop tard dans ma démarche puisqu’en fait, j’ai déjà commencé à me reconstruire et que le papier ne changerait plus grand chose pour moi.

 

Les résultats du nouveau test

Voici les résultats obtenus aujourd’hui. Entre parenthèse, celui quand je l’ai fait en 2014

Votre résultat Aspie: 99 de 200 (130)
Votre score neurotypique (non autistique): 115 de 200 (92)
Vous semblez présenter des traits à la fois Aspie et neurotypiques
J’ai donc réussi à balancer les choses vers un équilibre ! Ce que je ressens d’ailleurs aujourd’hui et je ne suis pas étonnée car je me vis beaucoup mieux qu’au moment où je me pensais Asperger.

Bon, il faudra tout de même noter qu’entre temps le test à lui aussi évoluer (la roue n’est plus la même) et c’est bien dommage car ça ne me permet pas pour le coup de comparer celle-ci à mon ancienne….

sd.JPG

 

Comment j’ai réussi donc à équilibrer les choses ?

Je pense que c’est principalement la perte de psychorigidité et de contrôle sur l’environnement qui me l’ont permise. J’ai lâché prise sur beaucoup de choses comme la ponctualité, l’imprévu (je suis heureuse aujourd’hui si un ami vient sans prévenir, impensable il y a encore 4 ans !), la souplesse d’esprit (finit les rituels programmés de la journée comme manger à heure fixe).

Pour y arriver, j’ai travaillé par autohypnose, chamanisme et soins énergétiques (magnétisme, acupuncture, bioénergie). Alors je sais, pour beaucoup, que tout cela est peut être de la charlatanerie mais ça m’a complètement refait!

Et aujourd’hui, la spécialiste de énergétique c’est moi. Après 3 ans de pratique personnelle et professionnelle, je peux vous dire que ce que j’ai observé de manière récurrente entre tous ces profils Aspie/HP/hypersensible c’est que l’énergie circule plus dans le haut du corps que dans le bas! Ceci est ma découverte. Et que se passe-t-il quand l’énergie circule pas dans le bas? Et bien on est sur du TDA, de l’hypersensibilité, du manque de motivation, de la dépression chronique, de l’anxiété à haut degré, de la psychorigidité, du manque de confiance, bref tous les soucis principaux de ces profils.

A l’inverse trop d’énergie dans le haut du corps donne justement un profil très lunaire, émotionnellement trop fermé ou trop ouvert, dans l’intellect et l’imaginaire en  permanence, toujours en train de penser et d’analyser etc.

Donc aujourd’hui, c’est en équilibrant l’énergie dans mon corps et en faisant du développement personnel à outrance (parce qu’il y a aussi l’éducation, l’école et son système déplorable, la psychogénéalogie, la lecture émotionnelle de soi, etc) que j’ai réussi à me rééquilibrer. Cela signifie que je suis toujours la même, mais comme je me lis mieux et que je me connais mieux, je suis arrivée à équilibrer et à faire de mon profil une force et non plus un handicap!

 

Conclusion 

Ma conclusion c’est aussi la société qui n’est pas du tout adaptée à nos profils (mais c’est pas une découverte). Mais de plus en plus, j’observe qu’elle l’est en fait pour personne! Vu le nombre de burn out qui passent chez moi… Notre société, dès l’école, ne tient pas compte des sensibilités différentes de la personne et cela continue ensuite. Et pourquoi? Parce que la société attend de nous de la performance dans un cadre très rigide sans réflexion. Apprendre et appliquer pour être de bons petits soldats qui rapportent de l’argent. Et malheur à vous si vous n’entrer pas dans le moule, vous devenez inutile (si en plus vous défendez vos idées, vous dérangez).

Alors mon message est avant tout celui de l’espoir! C’est à nous tous de faire changer la société car c’est bien nous qui décidons! Par nos habitudes, par nos comportements, par nos envies, la société s’adapte (bon surtout niveau consommation, on va pas se mentir…). De plus en plus d’écoles privées Montessori voient le jour, de plus en plus de parents militent ou fondent des assos. Ca bouge! Continuons.

Sur ce, bonne semaine à tous!

 

Publicités

2 réflexions sur “Test aspie quizz – 3 ans et demi après!

  1. Bonjour Asperguette,

    Je suis heureuse de lire que tu te sens bien dans ton corps et dans ta tête. Je partage ton avis sur la nécessité du développement personnel: connaître ses limites, les faire respecter, connaître son propre fonctionnement et adapter son mode de vie en fonction et éviter les distractions. Je ne connais pas bien les soins énergétiques et je serai curieuse de les découvrir.

    Pour ma part, j’ai commencé à méditer et cela m’aide énormément à réduire l’anxiété et la rigidité. Je me sens plus ouverte aux autres, plus disponible. J’étais pleine de doute quant à son efficacité potentielle au début.

    J’ai l’impression que la société moderne va à l’encontre total des besoins humains naturels augmentant ainsi l’intensité des troubles que l’on aime à classer dans le volumineux DSM-V.
    C’est une lutte de tous les jours: lutter contre la vitesse d’execution des tâches, contre les distractions, contre les injonctions de performance pour nous autoriser à réfléchir, imaginer, créer et respecter le rythme de notre corps.

    Où as-tu trouvé la littérature nécessaire à ton apprentissage sur les soins énergétiques? En bibliothèque? As-tu reçu l’apprentissage d’un mentor? J’imagine que la littérature anglaise est plus prolifique à ce sujet.

    Je vais faire une petite séance de méditation avant de commencer ma journée,

    Merci encore pour ce retour et ton témoignage en général qui a été l’un des premiers sur le web et qui m’a permis, parmi d’autres, à oser pousser la porte d’un CRA.

    Bonne continuation à toi,
    Aspipistrelle

    • Désolé de ma réponse surper tardive.

      La méditation permet en fait de retrouver des ressources, forcément que nous sommes un profil qui en manquons souvent, ça ne peut que nous faire du bien! Oui notre société développe de nouveaux soucis psychologiques qui sont simplement liés à la surcharge mentale que nous inflige celle-ci (performance, comparaison, compétition, échelle sociale, .).

      Pour les livres de soins énergétiques, voilà ce que peux te conseiller:

      « Le quantum touch » de Gordon
      « Tout peut être guéri » de Brofman
      « Le grand dictionnaire des malaises et maladies » de Martel
      « Connais toi toi même et tu connaitras l’Univers et les dieux » vol 1 et 2 de Lipnick (avec une démarche déjà plus spirituelle)

      J’ai eu un mentor pour le chamanisme mais avec du recul, je regrette parfois un peu car ça t’empêne de penser par toi même car tu épouses la vision d’une autre personne. Le mieux état plutôt de trouver un groupe d’échange de personne expérimentant et d’échanger ses ressentis, car il n’y a rien de figé ou d’immuable dans le monde énergétique. C’est un monde d’ouverture à tous les types de ressentis et de personnes.

      Je te remercie pour ce que tu m’as dit! J’ai effacé ton mail en public. Je trouvais la réponse intéressante pour d’autres 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s